Interview de Hélène Gloux

1. Peux-tu te présenter brièvement?

Helene1-216x300Née à la fin des années 80, je fais partie de la génération Y et suis ce que l’on appelle une « web addict ». Internet tient une importante place dans ma vie, au niveau professionnel puisque je poursuis actuellement des études de Webmarketing et évolue en ce moment au sein d’une agence web, mais également au travers de nombreux projets plus personnels. En parallèle, je suis également passionnée par l’écriture, que ce soit celle de livres ou le blogging à travers Nous Les Geeks, un blog collaboratif créé il y a un peu plus d’un an.

2. Que penses-tu avoir apporté au livre “réussir avec les réseaux sociaux” ?

J’ai essentiellement été présente dans les premiers temps de ce projet, mes activités annexes ne m’ayant pas permis d’être aussi active que je l’aurais souhaité sur les derniers mois. Avec les autres étudiants qui ont collaboré à ce projet, je pense avoir apporté au projet un regard plus neuf sur la question : nous commençons tout juste à nous jeter dans l’arène du networking et avons donc une vision sans doute plus objective de ce sujet, n’étant pas influencés par des années d’expérience du réseautage offline.

3. Qu’est ce qu’il t’a apporté?

Participer à l’écriture m’a permis tout d’abord de rencontrer et d’échanger avec des experts dans leur domaine  et avec d’autres étudiants qui, comme moi, voient dans le digital un avenir très prometteur, en partie grâce aux réseaux sociaux ! Ce genre de projets qui permettent d’étendre son réseau est dans le prolongement direct de ce que nous avons cherché à démontrer dans cet ouvrage : les réseaux sociaux nous permettent d’entrer en contact avec des personnes avec lesquelles nous pourrons, à termes, collaborer sur des projets qui nous tiennent à coeur. C’est exactement ce qu’il s’est passé sur ce projet : j’ai rencontré Jean-François sur les réseaux sociaux et nous avons maintenu le contact durant des mois. En raison de mon intérêt pour les réseaux sociaux et pour l’écriture, lorsque j’ai appris que Jean-François avait décidé de monter ce projet, j’ai saisi l’occasion et ait choisi d’y participer. Sans les réseaux sociaux, je n’aurais certainement pas eu l’occasion de prendre part à l’écriture de ce livre.

4. Qu’est ce qui t’a attiré dans cette initiative de livre collaboratif   ?

Ecrire un livre à plusieurs mains sur le sujet des réseaux sociaux est d’après moi le meilleur moyen d’en parler : les réseaux sociaux sont un espace de partage et je me doutais que l’écriture de ce livre serait un moment d’échanges autour de nos différents points de vue. Au-delà du sujet abordé, je pense que c’est l’aspect collaboratif du livre qui m’a attiré avant tout ! J’ai toujours aimé travailler en groupe, parce que c’est selon moi le meilleur moyen d’obtenir le meilleur de chacun. Dans l’écriture d’un livre, quelqu’en soit le sujet, l’auteur se retrouve bien souvent seul face à ses idées, ce qui peut le bloquer. L’écriture en solitaire est adaptée à certains sujets, mais je pense qu’en l’occurence, le fait que nous ayons été une quinzaine autour de ce projet en fait la richesse.

5. Peux-tu nous présenter ton activité de bloggeuse?

Je rédige depuis un peu plus d’un an des articles autour du web et de ses applications marketing sur le blog Nous Les Geeks. J’ai fondé ce blog avec quatre jeunes diplômés évoluant eux aussi dans le domaine du webmarketing. Nous n’avons pas d’ambition particulière pour ce blog, si ce n’est d’écrire en nous faisant plaisir et en faisant plaisir à nos quelques lecteurs. Nous Les Geeks n’est cependant pas ma première expérience de blogging. Avant cela, je rédigeais sur le blog The Generation We (fermé depuis) en solo. Il s’est agit d’une très belle expérience mais j’ai rapidement constaté les limites du blogging en solitaire : fréquence de publication limitée et focalisation sur certains sujets. Avec Nous Les Geeks, j’ai redécouvert les joies du blogging et compris que l’engouement pour un projet vient bien souvent de la motivation de ceux avec qui l’on travaille.

6. Quelles sont les meilleures utilisations des réseaux sociaux en matière de webmarketing?

Je pense qu’à l’heure actuelle les meilleurs usages qui sont fait des réseaux sociaux dans un cadre marketing sont ceux de page dédiée à une « communauté » : j’apprécie par exemple tout particulièrement la page de Michel & Augustin qui invite réellement sa communauté à prendre part à l’aventure ! Mais attention, toutes les entreprises n’utilisent pas correctement ces pages dédiées et toutes les entreprises n’y ont pas leur place selon moi. Même si les publicités diffusées sur les réseaux sociaux comme Facebook ou dernièrement Twitter enregistrent de bons résultats, je ne pense pas que ce soit le meilleur usage. En tant que consommatrice, je suis moins réceptive à un Flyering Facebook qu’à une fanpage gérée correctement ou à un compte Twitter qui distille l’actualité d’une entreprise que j’apprécie.

7. Quelles seront les évolutions principales du webmarketing sur les réseaux sociaux à l’avenir?

Je ne suis pas convaincue qu’il y aura de changement majeur dans les possibilités offertes par les réseaux sociaux en termes de webmarketing dans l’immédiat, bien que j’anticipe un développement de l’utilisation des réseaux sociaux de géolocalisation tels que Foursquare. Je pense que l’on verra en revanche de nouvelles « best practices » se mettre en place, au fur et à mesure que les agences et les annonceurs apprendront de leur expérience. Le recul sur cet outil de communication n’existant aucunement, l’expression « c’est en faisant qu’on apprend » prend tout son sens ici.

A propos de l'auteur

Régulièrement sollicité pour intervenir dans les médias (journaux, radio, tv) et dans les conférences (Medef, Women’s Forum, Hub Forum, …) Jean-François Ruiz est aujourd’hui un des experts les plus reconnus en france sur le sujet des réseaux sociaux.